Le parti pris des pauvres

Parmi les thématiques chères aux Pères de l’Eglise et reprises par le Petit Concile figure en bonne place la lutte contre la pauvreté, que Jean Chrysostome prenait pour thème dans son homélie 34 sur la première épître aux Corinthiens. C’est dans cette perspective patristique relayée par le Petit Concile qu’il faut lire la compassion de La Bruyère envers les paysans, la prédilection qu’il témoigne pour “le peuple” est aussi conforme à l’esprit du Petit Concile et au souci qu’il manifestait envers les misérables : “Riches, portez le fardeau du pauvre, soulagez sa nécessité, aidez-le à soutenir les afflictions sous le poids desquelles il gémit”, s’exclamait Bossuet dans son sermon fameux (“de l’éminente dignité des pauvres”): les riches ne sont tolérés qu’à condition de venir en aide aux nécessiteux.

“Riches, portez le fardeau du pauvre, soulagez sa nécessité, aidez-le à soutenir les afflictions sous le poids desquelles il gémit : mais sachez qu’en le déchargeant vous travaillez à votre décharge ; lorsque vous lui donnez, vous diminuez son fardeau, et il diminue le vôtre; vous portez le besoin qui le presse il porte l’abondance qui vous surcharge. Communiquez entre vous mutuellement vos fardeaux, «afin que les charges deviennent égales»: ut fiat œqualitas, dit saint Paul. Car quelle injustice, mes frères, que les pauvres portent tout le fardeau, et que tout le poids des misères aille fondre sur leurs épaules ! S’ils s’en plaignent et s’ils en murmurent contre la Providence divine, Seigneur, permettez-moi de le dire, c’est avec quelque couleur de justice : car étant tous pétris d’une même masse, et ne pouvant pas y avoir grande différence entre de la boue et de la boue, pourquoi verrons-nous d’un côté la joie, la faveur, l’affluence ; et de l’autre la tristesse, et le désespoir, et l’extrême nécessité, et encore le mépris et la servitude? Pourquoi cet homme si fortuné vivrait-il dans une telle abondance, et pourrait-il contenter jusqu’aux désirs les plus inutiles d’une curiosité étudiée, pendant que ce misérable, homme toutefois aussi bien que lui, ne pourra soutenir sa pauvre famille, ni soulager la faim qui le presse   ?”, De l’Eminente dignité des pauvres, 1659.

On retrouve la même perspective chez Cordemoy, membre du petit Concile qui intitulait un de ses traités Des Moyens de rendre un Etat heureux”. Fleury écrivait de même : “Le but de la politique est de rendre un peuple heureux” (cité par Cuche). Ce bonheur n’est pas vu sous l’angle individuel par les membres du Petit Concile : c’est plutôt une prospérité commune qu’ils envisagent, qui soulage les populations. L’exclamation “je veux être peuple” (“Du Souverain”, r. 24) renvoie à cette sollicitude du Petit Concile pour les pauvres.  Fleury dans les Moeurs des chrétiens, célèbre la pauvreté évangélique, qui ne s’est nulle part mieux incarnée que dans la personne du Christ :

“En effet , il vécut toujours dans une grande pauvreté. Il dit lui-même qu’il n’avoit pas où reposer sa tête, c’est-à-dire, qu’il ne logeait que par emprunt, chez ceux qui vouloient bien le retirer. A ſa mort on ne voit pas qu’il eût d’autres biens que ſes habits. Il dit qu’il n’est pas venu pour être servi, mais pour servir”.

C’est dans cette perspective religieuse qu’il faut comprendre l’étendue du mépris éprouvé par l’auteur des Caractères pour les parvenus et les nouveaux riches qui sont de mauvais riches, égoïstes et vaniteux, tel Chrysippe (“Des Biens de la fortune”, 27). Son rêve est une fois de plus proche de celui d’un Fénelon : une société agraire, égalitaire, suffisamment prospère pour répondre aux besoins élémentaires de chacun, d’où la misère serait bannie, remplacée par une sobriété partagée par tous.

Notons toute de même que La Bruyère fait entendre sa voix personnelle et donne des inflexions particulières à ce discours traditionnel de l’Eglise en faveur des pauvres : à la miséricorde individuelle pour les pauvres, il préfère une perspective d’ensemble. L’indignation qui perce  à bien des endroits manifeste plus nettement une préoccupation sociale, et une perspective collective, qui s’épanouira davantage chez les écrivains et les penseurs du siècle suivant.

L’attitude ambiguë de La Bruyère envers la monarchie recoupe également, de même, celle des auteurs du Petit Concile : certes, il est acquis à l’idée d’un Etat moderne, fort et centralisé, et à ce titre il prête volontiers allégeance au roi (voir Du Souverain, 35 : cette obéissance renvoie à une acceptation, sur son principe, de l’Etat moderne et centralisé, gouverné selon une politique nationale plutôt que tributaire de la religion. L’Etat, en particulier, n’a pas vocation à imposer la dévotion (“De la Mode”, 27).

Cette soumission de principe n’empêche pas malgré tout une réticence à l’égard d’une concentration du pouvoir qui fait fi des organes intermédiaires traditionnels. L’autoritarisme abusif est contesté en particulier par Fénelon (dont La Bruyère propose un élogieux portrait en “de la Chaire”, 30)

“Si le Roi, dit-on, avait un coeur de père pour son peuple, ne mettrait-il pas plutôt sa gloire à leur donner du pain, et à les faire respirer après tant de maux, qu’à garder quelques places de la frontière, qui causent la guerre ?” (Fénelon, Avis au roi).

Il n’est pas exclu que les critiques de la guerre par La Bruyère visent particulièrement les conflits que mène Louis XIV depuis la fin des années 80. On dit souvent que La Bruyère n’est pas, en dépit de ce qu’une première lecture pourrait laisser imaginer, un précurseur des Lumières : certes, au sens où sa critique ne prêche pas un renversement de la monarchie, mais plutôt un retour à une ancienne forme plus pure de gouvernement, conforme avec cet état d’esprit qui consiste à réformer non en vertu d’un sentiment de progrès, mais au contraire en prenant pour modèle un temps béni des origines, en vertu donc d’une conception de l’histoire pessimiste et pensée comme décadence. Cette critique des dérives modernistes et absolutistes de la monarchie tiennent plutôt des remontrances traditionnelles – celles des Mazarinades et de la Fronde – qu’elles ne préparent les critiques du siècle suivant, qui s’accommodaient plutôt bien de l’absolutisme pour peu qu’on le crût éclairé1

  1. Voltaire applaudira Catherine Ii, « Semiramis du nord »… []