Le théâtre du monde

La Bruyère n’est à coup sûr pas un homme de théâtre, ni même favorable au théâtre : néanmoins, il incorpore à ses Caractères des éléments directement issus de la “comédie” (au sens de théâtre en général). E. Bury évoque le “théâtre du monde” que met en scène le moraliste. L’auteur des Caractères lui-même considère qu’il peint des “personnages de comédie” (“Des Grands”, 50, p. 325-326) sur un “théâtre de vanité” (“De la Ville”, 11): le discours, à valeur métatextuelle, renvoie au paradigme théâtral qui informe les Caractères. Le théâtre du monde : l’image est éculée. On la fait remonter à Platon et Epictète, mais ce sont les baroques qui l’ont infiniment décliné dans la première moitié du XVIIe siècle, au point de l’user jusqu’à la corde. Elle se fonde, à cette époque, sur une “cosmographie divine” (Van Delft), selon laquelle chaque homme, ici-bas, joue un rôle, joue sa partie, sous le regard de Dieu. C’est dans cette perspective religieuse qu’il faut entendre la remarque 99 “De la cour”, lorsque La Bruyère, après Calderon, envisage le monde comme un grand théâtre éternel : “ce sera le même théâtre” : seuls les acteurs changent, les pièces se succèdent (p. 343).

C’est cette conception d’une structure théâtrale du monde qui détermine La Bruyère non sans doute à écrire du théâtre – ce qui reviendrait à ajouter de l’illusion à l’illusion – mais à recourir à des procédés théâtraux pour révéler et dénoncer cette structure théâtrale du monde. C’est ainsi qu’on peut interpréter l’usage de procédés d’inspiration dramatique, comme l’usage fréquent des dialogues (“Des Jugements”, 96 : le portrait du fanfaron est proposé via un dialogue dont on n’entend qu’une voix, p. 486), ou le comique mécanique réduisant les êtres à des personnages ou des pantins, ainsi Ménalque. Hermagoras (“de la Société de la conversation”, 74, p. 253) est un type de la comédie italienne, le Dottore, dont le pouvoir comique repose sur des techniques de discordance qui viennent de la Commedia dell’arte : grandiloquence du discours opposée à l’insignifiance des faits, effets d’entassement (esquisses de listes), emballement automatique (prolifération du discours par association verbales). Comme les Italiens, La Bruyère stylise, mais non sans dessein, et encore moins pour le seul plaisir de divertir : la stylisation garantit la “lisibilité du caractère” (Van Delft). Hellegouarc’h, dans son travail sur la ponctuation, montrait que les Caractères ont été écrits comme une oeuvre non à consulter en silence, mais à prononcer à haute voix, à jouer plutôt qu’à lire. De tels procédés contribuent à transformer les Caractères en “comédies-minutes”, pour reprendre l’expression de Van Delft (“Du Spectateur”, p. 18), dont les héros ont souvent des noms empruntés au personnel de théâtre – Plaute, Térence (Sannion), la farce ou la grande comédie de son temps (Lise, etc.).



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2020, 7 janvier). Le théâtre du monde. Les marques et les masques. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qoyu